Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

Message
Auteur
chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#191 Message par chartreux » ven. 21 août 2020 9:34

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :
Section 94. Doctrine du nouveau Testament sur la personne et la divinité du Saint-Esprit.

La troisième personne de la Trinité est désignée dans l'Écriture de manière souvent impersonnelle et vague : c'est tantôt l'esprit de Dieu, ou l'esprit du Père, l'esprit du Christ ou du Fils, l'Esprit qui est de Dieu ou qui procède de Dieu, l'Esprit saint, l'Esprit de vérité, l'Esprit paraclet, etc.

De là la nécessité de démontrer que ces différents noms désignent généralement une personne réelle, que le terme d'Esprit saint ou d'Esprit de Dieu, 1) n'exprime pas seulement un attribut, un accident, une qualité des créatures qui découle de Dieu sur elles, mais une substance spirituelle distincte des êtres à qui l'Esprit est donné ; 2) qu'en Dieu lui-même l'Esprit n'est pas seulement la force vitale substantielle, l'opération du Père et du Fils, mais le possesseur d'une substance spirituelle distincte d'eux. Nous établirons ensuite son rapport d'origine avec les deux autres personnes, car c'est de là que dépend sa personnalité distincte et sa divinité.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#192 Message par chartreux » sam. 22 août 2020 9:08

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :
I. Le premier point découle évidemment du fait que l'Esprit Saint est donné comme la cause libre et volontaire de tous les dons qui sont dispensés aux hommes "C'est un seul et même Esprit qui opère toutes ces choses, les distribuant à chacun comme il veut"(1 Cor. 12:11). Il est représenté comme un être distinct des êtres créés ; il est doué de connaissances, il sonde les cœurs, il a une volonté, il envoie, il approuve, il console, il vient en nous et y habite, en un mot, c'est un sujet qui agit et opère d'une manière spirituelle.

II. Le second point découle évidemment du fait que le Saint-Esprit est cité à côté des deux autres personnes et distingué d'elles comme un sujet agissant, et qu'il est aussi bien qu'elles l'objet de notre culte ; qu'il soutient avec les autres personnes des rapports qu'une personne peut seule avoir avec d'autres, comme recevoir, donner, être envoyé ; qu'il est expressément désigné comme formant une autre personne en face des deux autres (cf. les passages que nous avons cités plus haut, au §92, I.3). La personnalité propre de l'Esprit de Dieu est surtout caractérisée dans les textes où il apparaît non-seulement comme étant en Dieu, car l'esprit de l'homme est aussi dans l'homme, mais comme étant de Dieu, ex Deo, ἐκ τοῦ θεοῦ (1 Cor. 2:12), comme procédant du Père, (Jean 15:26) ainsi que la respiration sort de l'homme, tirant par conséquent son origine de Dieu de la même manière que le Fils.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#193 Message par chartreux » lun. 24 août 2020 9:27

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :

III. La divinité du Saint-Esprit, sa substantialité et sa personnalité supposées, il devient évident, d'après la doctrine de l'Écriture, que le Saint-Esprit est aussi expressément désigné comme étant en Dieu, comme support de la vie divine, qu'il est vrai que l'esprit de l'homme est dans l'homme. Et de même que l'esprit humain constitue le fond de la substance totale de l'homme, l'Esprit de Dieu doit posséder le plus intime de la substance divine, ou plutôt, car cette substance est absolument simple, il doit avoir en soi toute la substance divine d'une manière aussi intime et essentielle que les personnes dont il procède.

Ainsi, si le nom de Fils exprime une ressemblance avec le Père, le nom d'Esprit est plus Fort encore puisqu'il exprime une unité ou identité avec les Personnes dont l'Esprit procède. Le passage classique à ce sujet est :
1 Cor. 2:10-12 a écrit : C'est à nous que Dieu l'a révélé par son Esprit ; car l'Esprit sonde toutes choses, même les profondeurs de Dieu. 11 Car qui des hommes sait ce qui est dans l'homme, sinon l'esprit de l'homme, qui est en lui ? Ainsi, ce qui est en Dieu, personne ne le connaît, si ce n'est l'Esprit de Dieu. 12Or nous, nous n'avons pas reçu l'esprit du monde, mais l'Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses qui nous ont été données par Dieu
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#194 Message par chartreux » mar. 25 août 2020 9:12

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :
La divinité de l'Esprit de Dieu appelé Saint-Esprit résulte en outre des points suivants.

III. 1. Le nom de Dieu, il est vrai, n'est jamais donné formellement au Saint-Esprit comme attribut ou apposition ; mais le Saint-Esprit est souvent supposé ou donné comme un seul et même sujet, soit dans le contexte soit dans un texte tiré d'ailleurs, et il y paraît manifestement comme Dieu, comme le seul vrai Dieu. Par contre, il est dit formellement en 2 Cor. 3:17 qu'il est identique au « Seigneur », et c'est le nom que lui donne le symbole de Constantinople pour caractériser sa divinité.

Exemples de passages identifiant le Saint-Esprit et Dieu : 1 Cor. 3:16, cf. 1 Cor. 6:19 ; Actes 5: 3-4 ; 28:25, etc.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#195 Message par chartreux » mer. 26 août 2020 9:25

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :

III. 2. La vraie nature du Saint-Esprit est encore caractérisée dans le nouveau Testament par les propriétés, les opérations et les rapports qui lui sont attribués à l'égard de la créature, et spécialement de la créature raisonnable.

(a) Ce sont d'abord les attributs qui font connaître l'influence vivifiante que le Saint-Esprit exerce sur la créature. Ainsi sa divinité résulte à la fois et de ce qu'il habite dans chaque créature pour la vivifier et la remplir de la plénitude de Dieu, et de ce qu'il réside en Dieu-même d'où il se répand au dehors. Il se présente dans le nouveau Testament comme le principe de la vie en général, et spécialement de la vie surnaturelle et éternelle de l'homme. De là vient qu'il réside dans l'homme comme dans son temple, qu'il le remplit, afin d'agir et de parler en lui et par lui, de se donner à lui, mais aussi afin d'être honoré comme le maître de ce temple. Or, un tel rapport à la créature ne peut appartenir qu'à Dieu, car il suppose que le Saint-Esprit possède cette simplicité et cette immensité par laquelle Dieu seul a le privilège d'une habitation active au sein de la créature. De là vient encore que tous les dons divins et surnaturels, et surtout la vie divine, si on veut les présenter comme divins, comme venant immédiatement de Dieu et contenant une participation à ses propres prérogatives, il faut les considérer comme des dons et des effets du Saint-Esprit, et la vie divine des créatures comme une vie dans le Saint-Esprit et par le Saint-Esprit. C'est pour cela que les Pères qui combattaient les macédoniens invoquaient surtout ces attributs, et que le concile de Constantinople a joint immédiatement au nom de « Seigneur » celui de vivificateur, vivificans, ζωοποιός.

Des nombreux passages de l'Écriture appuient l'explication que nous venons de faire : Jean 6:64, avec 2 Cor. 3:6 ; Rom. 8:2 ; 1 Cor. 6 ; 2 Cor. 3:18 ; Rom. 5:5 ; Jean 14:26 ; Actes 1:8 ; Rom. 8:14 et suiv. ; Matth. 10:20, etc.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#196 Message par chartreux » jeu. 27 août 2020 9:29

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :
(b) Dans les fonctions que l'Écriture assigne au Saint-Esprit à l'égard de la créature, elle nous montre encore deux attributs particuliers qui attestent sa divinité et qui sont relevés dans le symbole. Le premier, c'est qu'il est « adorable », qui cum Patre et Filio simul adoratur et conglorificatur. En tant que l'adoration due au Saint-Esprit est l'expression de la dignité divine, elle est en rapport avec les manifestations spéciales de l'autorité divine qui sont attribuées au Saint-Esprit, notamment avec le droit primordial de remettre les péchés et de confier ce pouvoir à d'autres avec la faculté de dispenser tous les pleins pouvoirs surnaturels, et notamment d'envoyer et d'autoriser les personnes qui en sont investies. "Ayant dit ces mots, il souffla sur eux, et leur dit : Recevez l’Esprit-Saint. 23 Les péchés seront remis à ceux auxquels vous les remettrez, et ils seront retenus à ceux auxquels vous les retiendrez." (Jean 20:22-23). "L'Esprit-Saint leur dit : Séparez-moi Saul et Barnabé, pour l'œuvre à laquelle je les ai appelés."(Actes 13:2). "Prenez garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel l'Esprit-Saint vous a établis évêques, pour gouverner l'église de Dieu" (Ibid., 20:28)
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#197 Message par chartreux » ven. 28 août 2020 8:54

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :

(c) Le Saint-Esprit sonde et pénètre tous les mystères de la créature, et spécialement ses actions secrètes ou celles qu'elle accomplira librement dans la suite. Cet attribut divin est énoncé dans le symbole par ces paroles : Qui locutus est per prophetas, qui a parlé par les prophètes. L'Écriture lui attribue la connaissance originaire et la communication de tous les mystères contenus en Dieu, et surtout de toute vérité divine. Or, comme les apôtres lui imputent cette connaissance parce qu'il habite dans le sein de Dieu, il s'ensuit que la connaissance des mystères fournit un double argument en faveur de la divinité du Saint-Esprit ; elle prouve qu'il est dans la créature comme Dieu seul peut y être, et qu'il est en Dieu d'une manière qui n'appartient qu'à Dieu même. Cf. 1 Cor. 2:10-12, et aussi "Car ce n’est pas par une volonté humaine que la prophétie a été autrefois apportée ; mais c’est inspirés par l’Esprit-Saint que les saints hommes de Dieu ont parlé" (2 Pierre 1:21) ; 1 Cor. 14:2 ; Dan. 2:28.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#198 Message par chartreux » sam. 29 août 2020 5:54

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :
III. 3. Enfin, la nature divine du Saint-Esprit résulte encore et surtout du rapport qu'il soutient avec la nature humaine du Fils de Dieu. Tout ce qui est divin et surnaturel dans l'humanité du Christ, dans ses propriétés comme dans ses opérations, est rapporté au Saint-Esprit comme à son principe ; toute l'onction divine qui fait que l'homme Jésus est le Christ est tellement attribuée au Saint-Esprit, qu'il est à la fois et le médiateur de l'union hypostatique elle-même, et le torrent de l'huile que la divinité verse sur les hommes en vertu de cette union. De là vient que la résurrection et la transfiguration du Christ, sont également attribuées au Saint-Esprit (Rom. 8:11). C'est par l'Esprit que le Christ se laisse conduire dans le désert (Luc 4:1) ; c'est dans le Saint-Esprit qu'il chasse les démons (Matth. 12:28). Cf. Luc 4:18 ; Héb. 9:14 ; Matth. 12:31,32.

IV. Nous trouvons enfin dans le nouveau Testament, en termes non équivoques, le rapport d'origine que le Saint-Esprit soutient avec les deux autres personnes. Ainsi l'expression « d'esprit de Lieu, » qui, d'après saint Paul, 1 Cor. 2:12, a le même sens que « Esprit sorti de Dieu, » (ex Deo, τὸ πνεῦμα τὸ ἐκ τοῦ θεοῦ). Comme le Fils est Dieu aussi bien que le Père, qu'il est un seul Dieu avec lui, « l'Esprit de Dieu » doit nécessairement être l'Esprit des deux. Cela est confirmé d'une manière surabondante dans l'Écriture, surtout dans le discours de la Cène.

IV. 1. Le Saint-Esprit est aussi bien nommé « l'Esprit du Fils » que l'Esprit du Père : "Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans vos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : Abba, Père !" (Gal. 4:6; cf. Rom. 8:9 ; 1 Pierre 1:11 ; Phil. 1:19). Cela exprime aussi l'habitation du Saint-Esprit dans l'humanité du Christ ; mais le Saint-Esprit n'habite pas dans l'humanité du Christ comme chez les hommes ordinaires ; ce n'est pas un esprit étranger, mais le propre Esprit du Christ.

IV. 2. Le Sauveur affirme expressément que le Saint-Esprit, comme Esprit de vérité, prend et reçoit du Fils ce que le Fils a reçu du Père, et le possède en commun avec lui. "Quand cet Esprit de vérité sera venu, il vous enseignera toute vérité. Car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera l’avenir. 14 Il me glorifiera, parce qu’il recevra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. 15 Tout ce qu’a le Père est à moi. C’est pourquoi j’ai dit : Il recevra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera."(Jean 16:13-15).
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#199 Message par chartreux » lun. 31 août 2020 11:41

SWS, Livre II, II, C2, §94 traduit par le chartreux a écrit :
IV. 3. Jésus-Christ déclare encore que le Saint-Esprit est envoyé par le Fils aussi bien que par le Père, c'est-à-dire qu'il est envoyé au dehors, ce qui n'est possible que si le Saint-Esprit tient du Fils son existence éternelle en Dieu. "Mais, lorsque le Paraclet que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité qui procède du Père, sera venu, il rendra témoignage de moi" (Jean 15:26 ; cf. aussi 16:7). Remarquons qu'"envoyer" ne peut s'entendre ici au sens d'un acte d'autorité, mais exprime simplement qu'une personne cause l'action d'une autre. Ainsi, le Père ne peut être envoyé (et l'Écriture ne le désigne en effet jamais de cette manière) puis qu'il ne tire son origine d'aucune autre personne divine, le Fils et le Saint-Esprit sont envoyés par le Père, et le Saint-Esprit est envoyé par le Fils, dans la mesure où le Fils est engendré du Père et que l'Esprit procède des deux ; les relations d'origine sont les seuls fondements possibles des missions des personnes divines. Cf. plus bas.

IV. 4. Enfin, la procession du Saint-Esprit du Fils est la condition essentielle de l'ordre constant dans lequel les trois personnes se succèdent dans l'Écriture, (par exemple dans la formule du baptême et en 1 Jean 7). Saint Basile fait sur ce point la remarque suivante : "L'Esprit est [dans la formule du baptême] par rapport au Fils comme le Fils par rapport au Père. Par ce que l'ordre est : Père, Fils, Saint-Esprit. Ainsi, le Fils étant attaché au Père et l'Esprit au Fils, il est clair que l'Esprit est attaché au Père aussi ... Ce Saint-Esprit, énoncé au singulier également, rejoint le Père par le Fils et parachève la bienheureuse Trinité, éternellement glorifiée" (De Spirit S., c. XVII. 18).
(à suivre)

chartreux
Messages : 1494
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#200 Message par chartreux » mar. 01 sept. 2020 11:33

SWS, Livre II, II, C2, §95 traduit par le chartreux a écrit :
Section 95. Doctrine de l'ancien Testament sur la Trinité.

Bien que la doctrine de la Trinité ne soit pas précisée d'une manière aussi complète, aussi nettement accentuée et mise dans un aussi vif relief dans l'ancien Testament que dans le nouveau, elle ne laisse pas d'y être énoncée en divers endroits. Il est vrai que plusieurs des expressions de l'ancien Testament, qui peuvent, d'après le langage analogue du nouveau, être rapportées au Fils et au Saint-Esprit en tant que personnes, ne sont pas en soi assez claires et décisives pour montrer d'elles-mêmes ce rapport. Mais on en trouve aussi un grand nombre qui ne sont nullement équivoques ; elles présentent même, en ce qui est de la personne du Fils, toute une doctrine parfaitement développée et tellement à la hauteur de celle du nouveau, qu'il semble que celui-ci se borne à la reproduire. Telle est par exemple la doctrine du Verbe ou du Fils de Dieu en saint Jean 1 et Hébr. 1, comparée à celle de Proverbes 8, et de Sagesse 7.

La raison pour laquelle la personne du Fils ressort aussi distinctement, c'est que l'ancien Testament tout entier n'était qu'une préparation, une annonce de la mission et de la manifestation du Fils dans l'incarnation. La personne du Saint-Esprit, au contraire, se montre moins visiblement, parce que sa mission et sa manifestation supposent celles du Fils, et que leur annonce devait naturellement être proclamée par le Fils de Dieu incarné. Cependant, la procession et la mission du Saint-Esprit comme « Esprit de sagesse » sont indiquées avec une suffisante clarté dans la description du Fils en tant que « sagesse engendrée ». Nous allons donc montrer comment la doctrine de l'ancien Testament sur la Trinité divine se concentre autour de la personne du Fils.
(à suivre)

Répondre

Revenir à « Résumé de théologie dogmatique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité