Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

Message
Auteur
chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#251 Message par chartreux » ven. 30 oct. 2020 10:26

SWS, Livre II, II, C3, §99 traduit par le chartreux a écrit :

III. En ce qui est de l'application de ces noms à Dieu, il est clair que tout ce que la notion d'hypostase et de personne renferme de parfait lui convient en un sens éminent, et qu'il faut en retrancher tout ce qu'elle implique d'imperfection dans les créatures.

1) Ce que cette notion contient de parfait, c'est que l'hypostase n'est pas partie d'un tout ou attribut d'un sujet, mais le support, le possesseur d'une substance, d'une essence, d'une nature complète, et la personne un possesseur digne de respect et maître de lui-même, possédant ce qu'elle a d'une manière immuable et étant à elle-même son but. Elle ne peut pas se confondre avec les autres possesseurs de la même nature ; elle doit être respectée par eux comme elle doit se respecter elle-même. Or, tout cela se rencontre d'une façon éminente dans le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#252 Message par chartreux » sam. 31 oct. 2020 6:16

SWS, Livre II, II, C3, §99 traduit par le chartreux a écrit :

2) Ce qu'il y a d'imparfait dans les hypostases et les personnes créées consiste en ceci :

(a) Elles ne subsistent pas absolument en soi et pour soi, car elles ont en dehors et au-dessus d'elles leur principe et leur terme dans un autre être ; elles ne sont pas absolument indépendantes.

(b) Dans les personnes qui possèdent la même nature, l'unité de nature n'est qu'idéale et spécifique ; elle n'est point singulière, et la distinction des personnes consiste essentiellement dans une multiplication de la substance. Il n'y a donc pas seulement une différence de personnes, mais aussi, en un certain sens, une différence de substance. De là vient que

(c) La distinction des personnes est indépendante de l'origine d'une personne d'une autre, et elle n'implique pas nécessairement l'union des personnes par l'amour et le respect mutuels.

Le contraire a lieu pour les personnes divines:

(a) Leur indépendance est aussi absolue que leur perfection et leur dignité est complète et élevée.

(b) L'unité de leur substance est une unité singulière qui exclut toute multiplication ; la substance divine ne subsiste dans diverses personnes que parce qu'elle leur est diversement propre; elle ne comporte qu'une distinction des personnes entre elles.

(c) Cette distinction des personnes provient essentiellement et exclusivement de ce qu'elles sont entre elles dans un rapport éternel d'origine. Elle est de telle nature qu'elle relie les personnes entre elles, et produit nécessairement l'estime et l'amour réciproque le plus intime.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#253 Message par chartreux » lun. 02 nov. 2020 12:53

SWS, Livre II, II, C3, §99 traduit par le chartreux a écrit :
IV. Cette différence entre les personnes divines et les personnes créées ne permet pas d'appliquer aux premières la définition des secondes sans la modifier. Ce qui leur convient de part et d'autre, c'est que la personne est un possesseur, une hypostase particulière et distincte des autres, de la nature divine ; mais on ne saurait appliquer des deux parts cette définition commune que "l'hypostase est une substance subsistante et individuelle".

Quand il s'agit de Dieu, en effet, on peut dire, on le doit même en un certain sens, abstraction faite de la distinction des personnes, que sa substance subsiste et est individuelle ; c'est même là une condition nécessaire pour comprendre en lui la subsistance et l'individualité des diverses hypostases. De même en effet que la substance divine existe essentiellement, elle existe essentiellement aussi en elle-même et pour elle-même ; elle ne fait point partie d'un autre être, elle n'appartient qu'à elle-même. Et comme elle est, de plus, essentiellement unique en son espèce et n'admet point de multiplication, elle est encore, en vertu de cette singularité, individuelle dans un sens éminent.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#254 Message par chartreux » mar. 03 nov. 2020 14:17

SWS, Livre II, II, C3, §99 traduit par le chartreux a écrit :
Ainsi, quand on veut employer les termes de « substance subsistante et indivise » pour caractériser les diverses hypostases divines, il faut concevoir la subsistance, ce qui subsiste en soi et s'appartient, non-seulement comme l'opposé de la non-subsistance d'une partie de la substance, mais encore sous la forme particulière qu'elle revêt dans chaque possesseur de la substance divine. Il en est de même de l'individualité ; il ne faut pas la concevoir comme chez les créatures : elle ne signifie pas seulement que l'individu est autre que les êtres de la même espèce ; elle signifie encore qu'un seul objet indivisible ne peut être partagé entre divers possesseurs, mais qu'il est possédé sous une forme particulière.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#255 Message par chartreux » mer. 04 nov. 2020 13:08

SWS, Livre II, II, C3, §99 traduit par le chartreux a écrit :
V. Bien que les personnes divines soient des personnes au sens le plus élevé de ce mot, cela n'empêche pas qu'elles soient entre elles dans un rapport essentiel, c'est-à-dire que chaque personne ne soit un possesseur distinct de la nature divine qu'autant que l'une est avec l'autre dans le rapport d'un principe avec son produit, et réciproquement. Ainsi chaque personne ne possède pour soi la nature qu'autant qu'elle la possède pour d'autres ou par d'autres. Dans le cas contraire, nulle distinction ne serait concevable entre les personnes et il ne pourrait y avoir qu'une personne absolue ; les personnes diverses n'auraient point entre elles cette liaison intime qu'elles doivent avoir comme personnes absolument parfaites. Ajoutons que leur relation mutuelle détermine seule la manière diverse dont elles possèdent la nature divine. C'est ainsi qu'en Dieu le rapport d'une personne à une autre n'est pas seulement, comme chez les personnes créées, un attribut qui distingue une personne d'une autre ; il est en outre le caractère fondamental et constitutif de la distinction de chacune des personnes.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#256 Message par chartreux » jeu. 05 nov. 2020 14:19

SWS, Livre II, II, C3, §99 traduit par le chartreux a écrit :
Par conséquent, si on voulait fixer complètement la notion spécifique des personnes en Dieu, il faudrait dire : Les relations de ces possesseurs de la nature divine ne sont pas des relations quelconques, mais des relations subsistantes, des relations identiques à la substance de Dieu, et qui la montrent comme subsistante ou s'appartenant à elle-même. On peut dire aussi qu'elles sont la substance unique de Dieu sous une relation déterminée, parce que la relation d'origine la détermine dans sa subsistance à se posséder et s'appartenir sous une forme particulière. En Dieu, il est vrai, pas plus que dans les créatures, le nom de « personne » n'indique point de lui-même cette relativité essentielle des personnes divines, il n'exprime formellement aucune sorte de relation ; mais la chose même qu'il désigne est en fait une relation subsistante ou la substance sous une relation déterminée. Quant aux noms particuliers de chacune des personnes, Père, Fils et Saint-Esprit (c'est- à-dire esprit du Père et du Fils), ils énoncent expressément une relation. Cf. S. Thom., Ia, q. 29, a. 3.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#257 Message par chartreux » ven. 06 nov. 2020 12:38

SWS, Livre II, II, C3, §100 traduit par le chartreux a écrit :

Section 100. La distinction des personnes divines en particulier et les notions distinctives qui s'y rapportent.

I. Toute la distinction des personnes divines, toute leur économie, pour parler avec Tertullien, a pour point de départ la « monarchie » : il n'y a qu'une seule essence divine, et il n'y a qu'une seule personne où l'essence divine se trouve originairement, comme une propriété qui n'a été ni reçue ni communiquée. Les distinctions proviennent donc de ce que cette première personne, essentiellement productrice et communicative, produit de son fonds d'autres personnes à qui elle communique son essence.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#258 Message par chartreux » sam. 07 nov. 2020 5:26

SWS, Livre II, II, C3, §100 traduit par le chartreux a écrit :
II. Le produit et la communication qui résulte de la première personne est double, et double aussi, par conséquent, la procession, πρόοδος, qui y correspond : il y a la génération, γέννησις, qui a son fondement dans la première personne seule, puis la procession dans le sens strict (spiration, πνεῦσις, ou προβολή dans le sens actif, procession, ἐκπόρευσις dans le sens passif) qui a son fondement dans la première et la seconde personnes.

III. Ainsi la possession de la nature divine se présente en Dieu sous trois formes fondamentales et positives, τρόποι ὑπάρξεος :

a) première forme : possession communicative, ou possession pour soi et pour d'autres ;

b) deuxième et troisième formes : possession reçue ou possession pour soi et par d'autres ;

mais la seconde se distingue de la troisième en ce qu'elle est, par rapport à celle-ci, une possession communicative. Ces trois formes fondamentales de la possession sont autant de propriétés constitutives et distinctives des trois personnes, ἰδιώματα ὑποστατικά, proprietates, characteres personales et constituentes, et c'est d'elles que chacune des personnes emprunte son nom : le Père le reçoit de la paternité, πατρότης, paternitas ; le Fils, de la filiation, ὑιότης, filiatio ; le Saint-Esprit, de la spiration, πνεῦσις, de πνέειν, et spiritus, de spirare.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#259 Message par chartreux » lun. 09 nov. 2020 14:28

SWS, Livre II, II, C3, §100 traduit par le chartreux a écrit :
Si la spiration active n'est pas citée comme une propriété constitutive à côté de la paternité et de la filiation, il ne faut pas s'en étonner; elle ne représente pas une nouvelle forme fondamentale de la possession à côté de la paternité et de la filiation, elle n'est qu'un attribut des deux autres formes de possession déjà constituées. Mais elle est attribut en ce sens qu'elle est renfermée dans la pleine notion de la paternité et de la filiation, qu'elle révèle tout le contenu de ces deux caractères, et qu'elle seule met pleinement en lumière le caractère des deux formes de possession. Il faut la faire entrer en effet dans la pleine notion de la seconde. La notion parfaite de la paternité et de la filiation exige que le Père engendre aussi le Fils comme spirateur, et que le Fils, un en toutes choses avec le Père, le soit aussi dans la spiration. Mais comme le Père est spirateur en tant que Père, et que le Fils l'est également en tant que Fils, on achève de déterminer le caractère des deux formes de possession en disant que le Père est principe de toute communication et seulement principe communicateur ; tandis que le Fils est simplement principe d'une communication ; il est à la fois principe qui reçoit et principe qui communique.

chartreux
Messages : 1585
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#260 Message par chartreux » mar. 10 nov. 2020 8:29

SWS, Livre II, II, C3, §100 traduit par le chartreux a écrit :
IV. De même que la double production en Dieu donne trois formes de possession fondamentales, elle donne aussi quatre sortes de relations réelles, relationes, σχέσεις. Chaque production établit en effet deux relations, celle du principe au produit, et réciproquement. Ainsi, la génération fonde le rapport du Père au Fils et le rapport du Fils au Père ; la spiration, le rapport du Père et du Fils au Saint-Esprit, puis le rapport du Saint-Esprit au Père et au Fils. Ces relations réelles sont au nombre de quatre seulement, et non pas de six ; car la spiration venant du Père et du Fils comme d'un seul principe, le Père et le Fils sont désignés par rapport au Saint-Esprit, non par deux relations de même nom, mais par une seule relation indivisible.

Ces relations sont toutes réelles, et non pas seulement logiques, parce qu'elles reposent sur une production réelle et qu'elles sont la condition de l'être réel du principe comme de l'être du produit. Elles ont aussi par cela même deux fonctions essentielles : l'une, de marquer la distinction du terminus a quo et du terminus ad quem ; l'autre de les réunir ensemble ; ou plutôt elles ne distinguent que pour montrer que les choses distinguées s'appartiennent essentiellement, car la suppression d'un terme entraînerait celle de l'autre. Et cela est vrai aussi de la relation du Père et du Fils au Saint-Esprit ; car encore que le Père et le Fils ne soient pas constitués comme tels par la spiration, ils ne seraient pas complètement, sans elle, ce qu'ils sont essentiellement.

Répondre

Revenir à « Résumé de théologie dogmatique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités