Bulle Cum ex apostolatus : Plusieurs sens différents

Message
Auteur
alexandre

Bulle Cum ex apostolatus : Plusieurs sens différents

#1 Message par alexandre » mar. 26 nov. 2019 19:07

Bonjour,

A la lecture de la bulle de Paul IV, que l'on retrouve sur laportelatine, on lit ceci :
§ 6. - Nous ajoutons que si jamais il advient qu'un Évêque, même ayant fonction d'Archevêques, de Patriarche ou de Primat ; qu'un Cardinal de l'Eglise romaine, même Légat, qu'un Souverain Pontife même, avant leur promotion ou leur élévation au Cardinalat ou au Souverain Pontificat, ont dévié de la foi catholique ou sont tombés dans quelque hérésie, la promotion ou l'élévation - même si cette dernière a eu lieu dans l'entente et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux - est nulle, non avenue, sans valeur et on ne pourra dire qu'elle est devenue valide ou qu'elle devient valide parce que l'intéressé accepte la charge, reçoit la consécration ou ensuite entre en possession ou quasi-possession du gouvernement et de l'administration, ou par l'intronisation du Pontife romain lui-même ou par l'adoration devant lui ou par la prestation d'obéissance à lui rendue par tous ou par quelque laps de temps écoulé pour ces actes : on ne pourra la tenir pour légitime en aucune de ses parties et elle ne confère ni ne peut être censée conférer quelque pouvoir d'administration au spirituel ou au temporel à de tels hommes promus Evêques, Archevêques, Patriarches ou Primats, ou élevés au Cardinalat ou au Souverain Pontificat.
Tous leurs dits, faits et gestes, leur administration et tout ce qui en découle, tout est sans valeur et ne confère aucune autorité, aucun droit à personne. Ces hommes ainsi promus et élevés seront par le fait même, sans qu'il faille quelque déclaration ultérieure, privés de toute dignité, place, honneur, titre, autorité, fonction et pouvoir, même si tous et chacun de ces hommes n'a dévié de la foi, tombant dans le schisme ou l'hérésie, qu'après son élection légitime , soit en le suscitant, soit en l'embrassant.
Cette partie laisse penser que Paul IV n'exclut pas qu'un Pape tombe dans l'hérésie ou dans le schisme après son élection à la papauté. Assez étrange ! Le texte latin est le suivant :
§. 6. Adjicientes quod si ullo unquam tempore apparuerit aliquem Episcopum, etiam pro Archiepiscopo, su Patriarcha, vel Primate se gerentem, aut prædictæ Romanæ Ecclesiæ Cardinalem, etiam ut præfertur, Legatum, seu etiam Romanum Pontificem ante ejus promotionem, vel in Cardinalem, seu Romanum Pontificem assumptionem a fide Catholica deviasse, aut in aliquam hæresim incidisse, seu schisma incurrisse, vel excitasse, aut commisisse,
promotio, seu assumptio de eo etiam in concordia, & de unanimi omnium Cardinalium assensu facta, nulla, irrita, & inanis existat,
nec per susceptionem muneris, consecrationis, aut subsecutam regiminis, & administrationis possessionem, seu quasi, vel ipsius Romani Pontificis inthronizationem, aut adorationem, seu ei præstitam ab omnibus obedientiam, & cujusvis temporis in præmissis cursum, convaluisse dici aut convalescere possit,
nec pro legitima in aliqua sui parte habeatur,
nullamque talibus in Episcopos, seu Archiepiscopos, vel Patriarchas aut Primates promotis, seu in Cardinales, vel Romanum Pontificem assumptis, in spiritualibus, vel temporalibus administrandi facultatem tribuisse, aut tribuere censeatur,
sed omnia, & singula per eos quomodolibet dicta, facta, gesta, & administrata, ac inde secuta quæcumque viribus careant,
& nullam prorsus firmitatem, nec jus alicui tribuant,
sintque ipsi sic promoti, & assumpti, eo ipso absque aliqua desuper facienda declaratione, omni dignitate, loco, honore, titulo, auctoritate, officio, & potestate privati,
liceatque omnibus, & singulis sic promotis, & assumptis, si a fide antea non deviassent, nec hæretici fuissent, neque schisma incurrissent, aut excitassent, vel commisisent.

Subditisque eorum liceat ab obedientia & devotione impune recedere.
§. 7. Subditis personis tam clericis sæcularibus, & regularibus, quam etiam laicis, necnon Cardinalibus, etiam qui electioni ipsius Pontificis antea a fide devii, aut hæretici, seu schismatici interfuerint,
seu alias consenserint, & ei obedientiam præstiterint, eumque adoraverint,
ac Castellanis, Præfectis, Capitaneis, & Officialibus etiam Almæ Urbis nostræ, & totius Status Ecclesiastici,
etiam eisdem sic promotis vel assumptis homagio, seu juramento, vel cautione obligatis, & obnoxiis,
ab ipsorum sic promotorum, vel assumptorum obedientia, & devotione impune quandocumque cedere,
eosque ut magos, ethnicos, publicanos, & hæresiarchas evitare,
eisdem subditis personis fidelitati, & obedientiæ futurorum Episcoporum, Archieiscoporum, Patriarcharum, Primatum, Cardinalium, & Rom. Pontificis canonice intrantis nihilominus adstrictis remanentibus,
& ad majorem ipsorum sic promotorum, & assumptorum, si eorum regimen, & administrationem continuare voluerint, confusionem, contra eosdem sic promotos, & assumptos, auxilium brachii sæcularis implorare,
nec propterea tales ab ipsorum sic promotorum, & assumptorum fidelitate, & obedientia, præmissorum occasione recedentes,
tamquàm tunicæ Domini scissores aliquarum censurarum, seu pœnarum ultioni subjaceant.
Qu'en est-il alors ? Mauvaise traduction ?
Merci

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3008
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Bulle Cum ex apostolatus : Plusieurs sens différents

#2 Message par Abbé Zins » mer. 27 nov. 2019 15:25

alexandre a écrit :
mar. 26 nov. 2019 19:07
Bonjour,

A la lecture de la bulle de Paul IV, que l'on retrouve sur laportelatine, on lit ceci :
§ 6. - Nous ajoutons que si jamais il advient qu'un Évêque, même ayant fonction d'Archevêques, de Patriarche ou de Primat ; qu'un Cardinal de l'Eglise romaine, même Légat, qu'un Souverain Pontife même, avant leur promotion ou leur élévation au Cardinalat ou au Souverain Pontificat, ont dévié de la foi catholique ou sont tombés dans quelque hérésie, la promotion ou l'élévation - même si cette dernière a eu lieu dans l'entente et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux - est nulle, non avenue, sans valeur et on ne pourra dire qu'elle est devenue valide ou qu'elle devient valide parce que l'intéressé accepte la charge, reçoit la consécration ou ensuite entre en possession ou quasi-possession du gouvernement et de l'administration, ou par l'intronisation du Pontife romain lui-même ou par l'adoration devant lui ou par la prestation d'obéissance à lui rendue par tous ou par quelque laps de temps écoulé pour ces actes : on ne pourra la tenir pour légitime en aucune de ses parties et elle ne confère ni ne peut être censée conférer quelque pouvoir d'administration au spirituel ou au temporel à de tels hommes promus Evêques, Archevêques, Patriarches ou Primats, ou élevés au Cardinalat ou au Souverain Pontificat.
Tous leurs dits, faits et gestes, leur administration et tout ce qui en découle, tout est sans valeur et ne confère aucune autorité, aucun droit à personne. Ces hommes ainsi promus et élevés seront par le fait même, sans qu'il faille quelque déclaration ultérieure, privés de toute dignité, place, honneur, titre, autorité, fonction et pouvoir, même si tous et chacun de ces hommes n'a dévié de la foi, tombant dans le schisme ou l'hérésie, qu'après son élection légitime , soit en le suscitant, soit en l'embrassant.
Cette partie laisse penser que Paul IV n'exclut pas qu'un Pape tombe dans l'hérésie ou dans le schisme après son élection à la papauté. Assez étrange ! Le texte latin est le suivant :
§. 6. Adjicientes quod si ullo unquam tempore apparuerit aliquem Episcopum, etiam pro Archiepiscopo, su Patriarcha, vel Primate se gerentem, aut prædictæ Romanæ Ecclesiæ Cardinalem, etiam ut præfertur, Legatum, seu etiam Romanum Pontificem ante ejus promotionem, vel in Cardinalem, seu Romanum Pontificem assumptionem a fide Catholica deviasse, aut in aliquam hæresim incidisse, seu schisma incurrisse, vel excitasse, aut commisisse,
promotio, seu assumptio de eo etiam in concordia, & de unanimi omnium Cardinalium assensu facta, nulla, irrita, & inanis existat,
nec per susceptionem muneris, consecrationis, aut subsecutam regiminis, & administrationis possessionem, seu quasi, vel ipsius Romani Pontificis inthronizationem, aut adorationem, seu ei præstitam ab omnibus obedientiam, & cujusvis temporis in præmissis cursum, convaluisse dici aut convalescere possit,
nec pro legitima in aliqua sui parte habeatur,
nullamque talibus in Episcopos, seu Archiepiscopos, vel Patriarchas aut Primates promotis, seu in Cardinales, vel Romanum Pontificem assumptis, in spiritualibus, vel temporalibus administrandi facultatem tribuisse, aut tribuere censeatur,
sed omnia, & singula per eos quomodolibet dicta, facta, gesta, & administrata, ac inde secuta quæcumque viribus careant,
& nullam prorsus firmitatem, nec jus alicui tribuant,
sintque ipsi sic promoti, & assumpti, eo ipso absque aliqua desuper facienda declaratione, omni dignitate, loco, honore, titulo, auctoritate, officio, & potestate privati,
liceatque omnibus, & singulis sic promotis, & assumptis, si a fide antea non deviassent, nec hæretici fuissent, neque schisma incurrissent, aut excitassent, vel commisisent.

Subditisque eorum liceat ab obedientia & devotione impune recedere.
§. 7. Subditis personis tam clericis sæcularibus, & regularibus, quam etiam laicis, necnon Cardinalibus, etiam qui electioni ipsius Pontificis antea a fide devii, aut hæretici, seu schismatici interfuerint,
seu alias consenserint, & ei obedientiam præstiterint, eumque adoraverint,
ac Castellanis, Præfectis, Capitaneis, & Officialibus etiam Almæ Urbis nostræ, & totius Status Ecclesiastici,
etiam eisdem sic promotis vel assumptis homagio, seu juramento, vel cautione obligatis, & obnoxiis,
ab ipsorum sic promotorum, vel assumptorum obedientia, & devotione impune quandocumque cedere,
eosque ut magos, ethnicos, publicanos, & hæresiarchas evitare,
eisdem subditis personis fidelitati, & obedientiæ futurorum Episcoporum, Archieiscoporum, Patriarcharum, Primatum, Cardinalium, & Rom. Pontificis canonice intrantis nihilominus adstrictis remanentibus,
& ad majorem ipsorum sic promotorum, & assumptorum, si eorum regimen, & administrationem continuare voluerint, confusionem, contra eosdem sic promotos, & assumptos, auxilium brachii sæcularis implorare,
nec propterea tales ab ipsorum sic promotorum, & assumptorum fidelitate, & obedientia, præmissorum occasione recedentes,
tamquàm tunicæ Domini scissores aliquarum censurarum, seu pœnarum ultioni subjaceant.
Qu'en est-il alors ? Mauvaise traduction ?
Merci
Où est le problème ?

Vous pouvez trouver ce même passage et cette même traduction ici, où vous pourrez aussi constater que l'éventuelle tombée en l'hérésie de la personne privée d'un Pape est admise par tous comme en soi possible, et même entérinée par le Droit Ecclésiastique. Ce que vous trouverez confirmé .

Une autre question connexe est de savoir si Dieu pourrait ou non le permettre en fait ? L'ensemble des théologiens pense que non, et que cela ne devrait donc jamais arriver en fait, tout en maintenant que cela demeure possible en soi, la personne privée n'étant ni un robot sans libre arbitre, ni impeccable, de soi même en matière de Foi.

Enfin, il faut aussi avoir à l'esprit la différence entre la personne privée d'un Pape, et sa fonction publique garantie par l'infaillibilité en matière de Foi et de Moeurs quand il s'adresse à toute l'Eglise pour déterminer ce qui est conforme ou pas au Dépôt de la Révélation.

Répondre

Revenir à « Questions et demandes »