La Terre Sainte des pèlerins

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#31 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 11:19


D. Milk Grotto :



Derrière la Basilique de la Nativité, dont les Grottes étaient au temps de Noël à la sortie de Bethléem, la ville s'est légèrement étendue autour des couvents et des artisans ou commerçants d'objets de piété.

Vers la fin de cette extension de Bethléem à l'est, se trouve la Milk Grotto ou Grotte du lait, en laquelle Notre Dame aurait allaité l'Enfant-Dieu avant la fuite vers l'Egypte.

Une tradition rapporte que la roche en aurait été sanctifiée par le contact de gouttes du lait virginal tombées sur elle.
Aussi, depuis des siècles, les femmes y viennent prier tant pour leur fécondité que pour avoir suffisamment de lait pour allaiter leurs petits.

C'est aussi de la poudre des rochers de cette grotte, rapportée par la dévotion de pieux pèlerins en plusieurs sanctuaires de France, que l'on a nommée lait de la Vierge et placée en des reliquaires comme à Notre Dame de l'Epine à Evron, où les femmes viennent faire les mêmes supplications que celles de Bethléem à la Milk Grotto.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#32 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 11:22


15/ Le champs et la grotte des Bergers à Bethsahür :



Plus loin à l'est, au-delà de cette grotte, on atteint le sommet d'une colline, sur les flancs de laquelle est bâti le couvent des Soeurs Blanches (Franciscaines) de Bethléem, de la cour duquel on perçoit très bien le dos de la Basilique de la Nativité.

Le sommet de cette colline surplombe la plaine où Booz rencontra Ruth la Moabite, en laquelle se trouvent

le village, Bethsahür (Maison du robuste),

le champs et la grotte des Bergers de Noël
.

Du haut de la colline de Bethléem, on perçoit au nord-est de Bethsahür une tache de verdure formée par quelques arbres.

C'est là qu'est située la grotte assez large qui servait d'abri aux bergers et que gardent fidèlement, là comme dans la plupart des lieux saints de la Terre Sainte depuis des siècles, des Pères Franciscains.

En continuant en cette même direction, à l'est de Bethléem, au travers des collines, on atteint, à environ 20 km, le nord de la Mer Morte au-dessous de Quumran.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#33 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 11:24


16/ Ein Karem :



Dans la direction opposée,

à environ 5 km au nord-ouest de Bethléem et à 5 km au sud-ouest de Jérusalem,

on parvient à Ein Karem (source de la vigne),

le bourg où Notre Dame a visité sa sainte cousine Elisabeth

et où est né le Précurseur du Messie.



Ein Karem est blotti dans un charmant vallon tout verdoyant et fleuri, au centre duquel est bâtie sur une butte l'église de la Nativité de Saint Jean-Baptiste, à l'endroit où sa mère dut descendre pour venir le mettre au monde.

Car l'église de la Visitation se trouve bien plus haut, à flanc d'une pente de la colline qui surplombe au sud-est le centre d'Ein Karem, un peu après la sortie du bourg.

Là se trouve également une grotte, devant laquelle était bâtie le reste de la maison de Zacharie et Elisabeth.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#34 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 11:25


17/ Béthanie et Bethphagé :



De Jéricho, la route vers Jérusalem traverse des montagnes désertiques,

entrecoupées de gorges taillées par des oueds impétueux au temps des pluies,

auprès desquels des Bédouins vivent (encore maintenant !)

éloignés des autres humains.


Leur camp, dont les tentes sont faites de peaux de bêtes, avec des petits parcs en bois, facilement amovibles, pour parquer certains de leurs animaux, leur vie de nomades se déplaçant selon le temps et les besoins de pâtures de leurs brebis et chèvres, leur frugalité et simplicité, donnent un saisissant aperçu de ce que pouvait être la vie menée dans le désert par les Patriarches.


Auprès de cette route, une auberge porte le nom du bon Samaritain,

en souvenir de la si touchante Parabole de Notre divin Maître.


A 3 km avant l'arrivée à Jérusalem on atteint le bourg de Béthanie

(demeure de son affliction, maison de l'obéissance)
,

nommé par les arabes El Azarieh (bourg de Lazare),

résidence de Lazare et ses soeurs Marthe et Marie-Madeleine.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#35 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 11:29

A 500 m avant l'entrée de Béthanie, une table de calcaire, nommée pierre du Colloque, désigne le lieu où Marthe accourut à la rencontre du Seigneur revenant des bords du Jourdain (Jn. 10,40 ; 11,20).

La maison, où cette famille privilégièrement aimée du Christ-Jésus eut le bonheur de Le recevoir bien des fois, était située dans une courbe au bord de la route, dont elle était séparée par un très agréable jardin en forme d'hypogée romaine, servant à présent de jardin à l'église bâtie sur l'emplacement de la maison.

A 50 m plus haut, au bord d'un chemin passant sur l'arrière de la maison, se trouve l'entrée du tombeau de Lazare, profondément taillé dans le roc, d'où le Christ-Seigneur rappela à la vie celui qui, mort depuis 4 jours, sentait déjà (Jn. 11,39s).

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#36 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 11:31

A 150 m de là, à l'ouest, Sainte Marie-Madeleine répandit une essence de précieux parfum,

durant un banquet offert en sa maison par Simon le lépreux guéri par Notre Sauveur, auquel participait aussi Lazare ressuscité (Jn.12,1s),

au grand scandale pharisaïque de Judas qui se plaignait de cet argent "gaspillé" pour honorer Notre Seigneur au lieu de le donner aux pauvres,

en fait pour le mettre dans la bourse évangélique où il se servait copieusement (Jn. 12,6) :

lui, le futur traître, qui estimait cette essence de parfum plus de 300 deniers (Mc. 14,5), n'aurait certes pas dépensé tant

pour le divin Sauveur qu'il n'estima et vendit que pour 30 deniers (Mt. 26,15 ; cf. a. Consummatum Est III p. 221s, 237).


Quant aux chefs juifs, qui achetèrent ainsi le Christ-Seigneur au prix d'un esclave tué accidentellement (Ex. 21,32) ,

ils méritèrent ce terrible retour de bâton sur leur peuple :

après la destruction de Jérusalem en l'an 70,

Titus vendit en esclavage les Juifs rescapés

au tarif de 30 pour 1 denier
(cf. Saint Thomas in II Macchabées ch.8) !

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#37 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 11:47

Si par la route on atteint aisément à pied Jérusalem de Béthanie en 3/4 h, le chemin qui, derrière la maison, monte vers la ligne des crêtes de collines, fait passer à 300 m de Bethphagé qu'on laisse de côté pour atteindre le sommet du Mont des Oliviers.

C'est ce chemin que prit Notre Seigneur au matin du dimanche des Rameaux ou Palmes. En passant aux abords de Bethphagé (Maison de la bouche, de la bouchée, des mâchoires), Il y envoya deux Apôtres chercher l'ânesse et son ânon dont Il se servit pour descendre plus solennellement le Mont des Oliviers (Mt.21,1s), passer le torrent du Cédron et remonter vers la Ville Sainte (el Kods) en y entrant par la Porte Dorée qui donnait directement sur l'esplanade du Temple. (Cette porte a été bouchée depuis par les arabes, pour éviter que ne s'accomplisse un oracle de chez eux d'après lequel la ville serait prise par les Francs qui entreraient à Jérusalem par cette porte.)

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#38 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 12:00


18/ Jérusalem :


Du haut du Mont des Oliviers, la vue sur la vieille ville de Jérusalem (Vision de paix) est splendide. On voit la partie est des remparts sur toute sa longueur et, au-delà, l'ensemble de la vieille ville.

Au premier plan, les pentes du Mont des Oliviers sont séparées de la Ville Sainte par la Vallée de Josaphat, creusée par le torrent du Cédron, laquelle n'est qu'un immense cimetière rempli de milliers de tombes de tous côtés : lieu d'autant plus imposant quand on songe que tel est le théâtre que Dieu a choisi pour les assises du Jugement Dernier.

Puis, de gauche à droite, on aperçoit : 1. le Mont du Scandale, prolongeant le Mont des Oliviers de l'autre côté de la route de Jéricho et Béthanie, ainsi nommé à cause des idoles érigées là par Salomon pour ses femmes étrangères ; au pied duquel la 2.Vallée de Josaphat rejoint 3. la Vallée de la Géhenne qui descend très profondément derrière le Mont Sion et le bourg de Siloé ; entre ces deux derniers se dresse 4. le Mont du Mauvais Conseil, ainsi nommé à cause de la sentence à l'encontre du Christ-Jésus (Jn.11,49s) prononcée par Caïphe en sa demeure qui se trouvait là et sur laquelle a été bâtie 5. l'église de Saint Pierre in Gallicantu en souvenir du reniement qui eut lieu en la cour de cette même maison au pied de laquelle était située 6. la piscine de Siloé, puis sur un plateau en contrebas 7. le bourg de Siloé ; dominant le Mont du Mauvais Conseil et toute la Ville Sainte dont il est le point le plus élevé, est fortement assis 8. le Mont Sion, autrefois citadelle de la Ville et maintenant extra muros, en lequel se trouvent 9. le Tombeau de David, 10. le Cénacle, et 11. l'église de la Dormition bâtie sur l'emplacement de la maison en laquelle vivaient l'Apôtre Saint Jean et d'où l'âme de la Très Sainte Vierge s'est envolée vers le Ciel ; 12. là on arrive au niveau des remparts à la Porte de Sion, qui donne sur l'actuel quartier des Arméniens ; puis, en suivant le côté ouest des remparts, on atteint 13. la Porte de Jaffa ou de Bethléem ou d'Hébron ou Bab el Khalil (Porte du Bien-Aimé ou de l'Ami : Abraham), parce que de là partent les routes pour Jaffa-Tel-Aviv et celle d'Hébron passant par Bethléem, près de laquelle se dresse la Citadelle, bâtie comme les remparts par les Croisés (puis restaurés par Soliman II), qui sert d'accès principal aux voitures pour entrer dans la vieille ville et donne sur le quartier Chrétien ; à l'angle où commence le côté nord des remparts on atteint successivement les Portes 14. Neuve, donnant elle aussi sur le quartier Chrétien, notamment sur la Casa Nova ou maison d'accueil des Franciscains et sur le Collège des Frères des Ecoles Chrétiennes pour les petits palestiniens, 15. de Damas ou de Nazareth, la plus belle et spacieuse, avec une large place extérieure couverte de palmiers, et une petite intérieure, servant toutes deux aux marchés arabes, des marches extérieures en formes de gradins faisant office de centre de palabres ou lieu des rendrez-vous ou des débats publics - d'elle partent, au travers du quartier arabe, les deux plus longues artères qui traversent la vieille ville du nord au sud - ; enfin, 16. celle d'Hérode qui donne en plein quartier arabe ; en reprenant au pied du Mont Sion le côté sud des remparts, après la Porte de Sion, on atteint 17. la Porte des Immondices, ainsi nommée parce que le gros des déchets de la ville se déverse dans la vallée du Cédron par l'ancien égout construit sous cette porte, qui donne accès au quartier juif et au Mur des lamentations ; dans son prolongement, à l'angle des côtés sud et est des remparts, on parvient au pied 18. du Pinacle du Temple, derrière lequel se trouve le bout de l'esplanade du Temple et la mosquée d'Omar ; par là, on redescend vers la Vallée du Cédron en laquelle on passe devant 19. les Mausolées de Josaphat, Zacharie et Absalon ; à la hauteur de la Porte Dorée, on laisse sur sa droite l'église de Gethsémani et le Mont des Oliviers pour parvenir ensuite à 20. la Porte de Saint Etienne, près de laquelle le Saint Diacre et Protomartyr a été lapidé, ou des Lions, en raison de sculptures sur le mur, ou de Gethsémani ou de Siddi Miriam, Madame Marie, à cause de la proximité de la tombe de Notre Dame en l'église de l'Assomption, depuis laquelle son Corps Immaculé a été emporté au Ciel par les Saints Anges, et du Jardin des Oliviers ou de Gethsémani.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#39 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 12:03


19/ Le Mont des Oliviers :


Avant de pénétrer par la Porte Saint Etienne dans la partie de la Ville Sainte qui intéresse surtout les Pèlerins, il convient de nous attarder quelque peu au Mont des Oliviers, qui est, avec la vallée du Cédron qui le prolonge, le lieu le plus agréable de Jérusalem.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3473
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: La Terre Sainte des pèlerins

#40 Message par Abbé Zins » jeu. 03 sept. 2015 12:05


A. Carmel et église du Pater :


De Bethphagé, en prenant sur la droite, on arrive vers le sommet du Mont des Oliviers au Carmel, près duquel se blottit en contrebas l'église du Pater, au lieu où Notre divin Maître a enseigné cette prière la plus parfaite à ses Apôtres.

Dans le cloître gothique de cette église, commise à la garde du consulat de France dont le drapeau flotte au vent, le Pater est inscrit sur 32 tableaux de faïence en toutes les langues, y compris le Breton et le Basque.

Répondre

Revenir à « Actualité et thèmes secondaires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités