Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3729
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#1 Message par Abbé Zins » jeu. 10 sept. 2015 9:43


Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)


Sainte Monique et Saint Augustin : M. 4 mai

Saint Etienne de Hongrie : 15/8 ; 2/9
beau-frère de S. Henri Ier : 15/7, frère de son épouse : Gisèle

son fils : Saint Eméric : 4/11

Sainte Edeltrude (23/6), fille du Roi Saxon Anna et de Sainte Héreswilde, Princesse de Northumberland, soeur des Saintes Sexburge, Withburge et Ethelburge.


Saint Aubert, et son épouse Sainte Vaudru ou Waltrude,

et leurs 4 enfants dont 3 Saints : Saint Landry, Évêque de Metz ou de Meaux,
et les Saintes Vierges Aldetrude et Madelberte, religieuses à Maubeuge, sous la conduite de leur tante sainte Aldegonde.

À compléter, au fur et à mesure.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3729
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#2 Message par Abbé Zins » ven. 11 sept. 2015 10:31

Les Saints époux Marcellin (Tribun) et Mannéa, et leur trois enfants Jean, Sérapion et Pierre, tous Martyrs à Tomis dans le Pont (27/8)

Le Bienheureux Némésius (Diacre), et sa fille la Sainte Vierge Lucille, Martyrs (25/8)

Les Saints époux Olympe (Tribun) et Exupérie, martyrisés avec leur fils Saint Théodule (25/8)

Saint Mamant (31/8), Martyr, né en prison de Sainte Ruffine, Martyre, et éduqué par sa parente Sainte Ammia.

Saint Philippe, Préfet Romain d’Egypte, Martyr à Alexandrie (13/9), et sa fille Sainte Eugénie, Vierge, Martyre à Rome (25/12).

Saint Crescens, Martyr à Rome (14/9), fils de Saint Euthyme (29/8).

Saint Marcien, et son fils Saint Jean, Martyrs (16/9).

Saint Paul et son épouse Sainte Tatte, et leurs fils Saints Maxime, Rufus et Eugène, Martyrs (25/9).

Saint Jean-Marc, disciples des Apôtres, à Byblos en Phénicie (27/9), et sa mère Sainte Marie (29/6).

Sainte Paule (30/9), et sa fille Sainte Eustochie (28/9).

Saint Dade et son épouse Sainte Casdoée, et leur fils Gabdel, Martyrs en Perse (29/9).

Sainte Sophie, Veuve, et ses trois filles Martyres, Saintes Foi, Espérance et Charité (30/9).

Sainte Tryphonie (18/10), autrefois épouse du César Dèce, et sa fille Sainte Cyrille, Vierge et Martyre à Rome (28/10).

Le Centurion Saint Marcel, martyrisé à Tingius, en Maurétanie, et ses fils, les trois Saints frères Martyrs, Claude, Loup, et Victor à Légion en Espagne (30/10).

Le Bienheureux Némésius, Diacre, et sa fille la Vierge Sainte Lucille, martyrisés à Rome (31/10).

Sainte Silvie (3/11), à Rome, mère du Pape Saint Grégoire I le Grand ().

Saint Etienne, 1er Roi de Hongrie (15/8), et son fils le Bienheureux Eméric (4/11).

Saint Zacharie et son épouse Sainte Elisabeth (5/11), parents de Saint Jean-Baptiste (29/8).

Sainte Félicité, Martyre à Rome (23/11) et ses sept fils Martyrs (10/7), Janvier, Félix, Philippe, Sylvain, Alexandre, Vital, et Martial.

Saint Flavien, ex-Préfet (22/12) et son épouse Sainte Dafrosa (4/1), et leurs filles Vierges Sainte Bibiane et Démétrie, Martyrs (2/12).

Saint Claude, Tribun, et son épouse Sainte Hilarie, et leurs fils, martyrisés à Rome avec 70 soldats (3/12).

Sainte Fauste (19/12), et sa fille Sainte Anastasie, à Rome.

Saint Vénustien, martyrisé à Spolète avec son épouse et ses enfants (30/12).


A compléter.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3729
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#3 Message par Abbé Zins » mar. 19 janv. 2016 12:45

Abbé Zins a écrit :Les Saints époux Marcellin (Tribun) et Mannéa, et leur trois enfants Jean, Sérapion et Pierre, tous Martyrs à Tomis dans le Pont (27/8)

Le Bienheureux Némésius (Diacre), et sa fille la Sainte Vierge Lucille, Martyrs (25/8)

Les Saints époux Olympe (Tribun) et Exupérie, martyrisés avec leur fils Saint Théodule (25/8)

Saint Mamant (31/8), Martyr, né en prison de Sainte Ruffine, Martyre, et éduqué par sa parente Sainte Ammia.

Saint Philippe, Préfet Romain d’Egypte, Martyr à Alexandrie (13/9), et sa fille Sainte Eugénie, Vierge, Martyre à Rome (25/12).

Saint Crescens, Martyr à Rome (14/9), fils de Saint Euthyme (29/8).

Saint Marcien, et son fils Saint Jean, Martyrs (16/9).

Saint Paul et son épouse Sainte Tatte, et leurs fils Saints Maxime, Rufus et Eugène, Martyrs (25/9).

Saint Jean-Marc, disciples des Apôtres, à Byblos en Phénicie (27/9), et sa mère Sainte Marie (29/6).

Sainte Paule (30/9), et sa fille Sainte Eustochie (28/9).

Saint Dade et son épouse Sainte Casdoée, et leur fils Gabdel, Martyrs en Perse (29/9).

Sainte Sophie, Veuve, et ses trois filles Martyres, Saintes Foi, Espérance et Charité (30/9).

Sainte Tryphonie (18/10), autrefois épouse du César Dèce, et sa fille Sainte Cyrille, Vierge et Martyre à Rome (28/10).

Le Centurion Saint Marcel, martyrisé à Tingius, en Maurétanie, et ses fils, les trois Saints frères Martyrs, Claude, Loup, et Victor à Légion en Espagne (30/10).

Le Bienheureux Némésius, Diacre, et sa fille la Vierge Sainte Lucille, martyrisés à Rome (31/10).

Sainte Silvie (3/11), à Rome, mère du Pape Saint Grégoire I le Grand ().

Saint Etienne, 1er Roi de Hongrie (15/8), et son fils le Bienheureux Eméric (4/11).

Saint Zacharie et son épouse Sainte Elisabeth (5/11), parents de Saint Jean-Baptiste (29/8).

Sainte Félicité, Martyre à Rome (23/11 et ses sept fils Martyrs (10/7), Janvier, Félix, Philippe, Sylvain, Alexandre, Vital, et Martial.

Saint Flavien, ex-Préfet (22/12) et son épouse Sainte Dafrosa (4/1), et leurs filles Vierges Sainte Bibiane et Démétrie, Martyrs (2/12).

Saint Claude, Tribun, et son épouse Sainte Hilarie, et leurs fils, martyrisés à Rome avec 70 soldats (3/12).

Sainte Fauste (19/12), et sa fille Sainte Anastasie, à Rome.

Saint Vénustien, martyrisé à Spolète avec son épouse et ses enfants (30/12).

Saint Marius et son épouse Sainte Marthe, et leurs fils Saints Audax et Abacuc, nobles perses, persécutés à Rome (19/1).

Saint Richard (7/2), Roi des Angles, et ses enfants Saint Willebald, Evêque (7/7), et la Vierge et Religieuse Sainte Walburge (25/2).

Saint Claude, et son épouse Saint Prépédigne, et leurs deux enfants Alexandre et Cutia, et Saint Maximin, le frère de Claude, Martyrs à Ostie (18/2).

A compléter.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3729
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#4 Message par Abbé Zins » jeu. 25 févr. 2016 18:51

Saint Grégoire de Nazianze l'ancien (1/1) et son épouse Sainte Nonne (5/8), et leurs enfants Saint Césaire (25/2), Saint Grégoire de Nazianze, Evêque et Docteur de l'Eglise (9/8), et Sainte Gorgone (9/12).

Saint Richard, Roi des Anglais (7/2), et ses enfants, Saint Willebald, Evêque d'Eystat (7/7) et Sainte Walburge, Vierge et Religieuse (25/2).

Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 550
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#5 Message par gabrielle » lun. 07 mars 2016 13:46

Sainte Félicité (23 novembre) et ses sept fils (18 juillet).

viewtopic.php?f=32&t=320

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3729
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#6 Message par Abbé Zins » lun. 14 mars 2016 9:27

Saint Macédonius, son épouse Sainte Patricia, et leur fille Sainte Modeste, Martyrs à Nicomédie (13/3).

Sainte Theuséta, et ses enfants : Horris, Théodora, Nymphodora, Mar et Arabia, Martyrs à Nicée (13/3).

A compléter.

Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 550
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#7 Message par gabrielle » lun. 14 mars 2016 13:52

Abbé Zins a écrit :Sainte Monique et Saint Augustin : M. 4 mai
viewtopic.php?f=32&t=326

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3729
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#8 Message par Abbé Zins » sam. 19 mars 2016 22:38

Sainte Pothia de Samarie, et ses fils Joseph et Victor, Martyrs (20/3).

Sainte Brigitte de Suède (23/7 et 8/10), et sa fille Sainte Catherine de Suède, Vierge (24/3).

Saint Philetus, Sénateur, son épouse Sainte Lydie, et leurs fils Saints Macédon et Théoprèpe, Martyrs en Illyrie (27/3).

A Rome, Saint Quirinus, Tribun, Martyr (30/3), et sa fille Sainte Balbine, Vierge (31/3), tous deux baptisés et elle consacrée par le Pape Saint Alexandre qui était prisonnier.

A Messane, en Sicile, Saint Eleuthère, Evêque d’Illyrie et Martyr, et sa mère Sainte Anthie, Martyre (18/4).

En Perse, Saint Pusicius, Martyr, et sa fille, une Sainte Vierge et Martyre (21/4).

Les Saints époux Vital (à Ravenne) et Valérie (à Milan) (28/4), et leurs deux fils Gervais et Protais (à Milan, 19/6), tous Martyrs.

Les Saints époux Exupère et Zoës, et leurs deux fils Cyriaque et Théodule, tous Martyrs à Attalie, en Pamphylie (2/5).

Saint Pamatius, Consul, son épouse et leurs enfants et 46 membres de leur maisonnée, Martyrs à Rome (10/5)

Saint Simplicius, Sénateur, son épouse et 68 membres de leur famille, Martyrs à Rome (10/5)

Sainte Plautille (20/5), disciple de Saint Pierre, et sa fille Sainte Flavie Domitille, Vierge et Martyre (7/5).

Saint Grégoire de Nazianze, Père, Prêtre et Evêque à la fin de sa vie, et son fils Saint Grégoire de Nazianze (9/5).

Saint Pudens, sénateur (19/5), et ses filles les Saintes Vierges Pudentienne (19/5) et Praxède (21/7).

Saint Conon et son fils âgé de 12 ans, Martyrs à Iconium (29/5).

Sainte Théodosie, Maryre à Césarée (29/5), et son fils, Saint Procope, Martyr (8/7).

Saint Pierre, son épouse Sainte Perpétue (martyrisée avec le 29/6) et leur fille, Sainte Pétronille, Vierge (31/5).

Saint Phillippe, l'un des sept premiers Diacres, et ses quatre Saintes filles, Vierges (6/6).

Saint Gétule, Martyrisé à Rome (9/6), et son épouse Sainte Symphorose, Martyrisée à Tibur avec leurs 7 fils, Saints Crescent, Julien, Némésius, Primitif, Justin, Stactée, et Eugène, Martyrisés à Tibur (18/7) sous l'Empereur Hadrien.

Le Martyr Saint Cyr, enfant de 3 ans, tombé mortellement durant le Martyre de sa Mère Sainte Julitte, à Tarse, en Cilicie.

Saint Tranquillin, Martyr à Rome (6/7), et ses fils Saints Marc et Marcellin.

Sainte Marie, de Chypre (29/7), et son fils Jean-Marc, disciple de Notre Seigneur.

Sainte Potamienne, Vierge et Martyre (28/6), et sa Mère, Sainte Marcelle, Martyre à Alexandrie.

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1898
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#9 Message par Laetitia » jeu. 23 mars 2017 21:42

Saint Libérat, martyr (484) et son épouse - 23 mars
[i]La vie des Saints[/i] des Petits Bollandistes, au 23 mars, a écrit :L'histoire que nous allons vous raconter n'est pas longue, mais elle est très-instructive, puisqu'elle vous fera comprendre la différence qui existe entre l'amour charnel ou naturel, et l'amour spirituel, qui a sa source en Dieu.

Cinq cents ans après Jésus-Christ, il y avait en Afrique un célèbre médecin, nommé Libérat, qui fut emprisonné pour la foi, avec sa femme, mais chacun séparément, afin qu'ils ne pussent ni se voir, ni se parler. On alla dire mensongèrement à la femme : - « Ne soyez plus rebelle aux ordres du roi ; votre mari s'y est soumis ». Elle répondit : - « Je veux d'abord voir, ensuite je ferai ce que Dieu m'inspirera ».

On la conduisit au Forum, où elle trouva son mari et une foule immense. Indignée à la vue de Libérat, car elle avait ajouté foi au mensonge qu'on lui avait dit, elle l'apostropha vivement en ces termes : - « Malheureux, qu'as-tu fait ? Pour quelques moments de bonheur terrestre, tu as renoncé à la grâce de Dieu et au bonheur éternel ! A quoi te serviront les richesses que tu pourras encore acquérir ? Te préserveront-elles des flammes éternelles ? - Libérat lui répondit : « Es-tu folle ? De quoi parles-tu donc ? Qui a pu te dire que j'ai renoncé à la foi ? Jamais je ne cesserai d'adorer Jésus-Christ, comme doit le faire tout vrai chrétien catholique ».

De cette manière l'imposture des hérétiques se trouva confondue. Libérat fut donc exilé avec sa femme et ses enfants. Mais avant de les expulser, on voulut tenter encore un dernier effort ; on essaya de faire appel à leurs sentiments pour leurs enfants. On commença par enfermer séparément les parents et les enfants. Libérat ne put s'empêcher de pleurer, mais sa femme lui dit : - « Veux-tu perdre ton âme à cause de tes enfants ? Dès aujourd'hui, ils ne sont plus à nous, mais à Jésus-Christ, qui saura bien prendre soin d'eux. N'entends-tu pas qu'eux aussi s'écrient : Nous sommes chrétiens ? »

Un autre historien rapporte que plus tard Libérat mourut martyr, en même temps que son héroïque épouse.

Abrégé d'A. Stolz, Vies des Saints.

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1898
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#10 Message par Laetitia » mar. 12 déc. 2017 15:03


Saint Hilaire, évêque de Poitiers (14 janvier), son épouse et sa fille sainte Abre (12 décembre).

     Image
Les Petits Bollandistes au 12 décembre a écrit :
SAINTE ABRE, vierge à Poitiers vers 400.— Pape : Saint Anastase. — Empereur d'Occident : Honorius.

                                                                                                                                                                                                                                                 Ideo plus amat virgines Christus, quia sponte tribuunt
                                                                                                                                                                                                                                                 quod sibi non fuerat imperatum.
                                                                                                                                                                                                                                                 Jésus-Christ aime d'autant plus les vierges qu'elles
                                                                                                                                                                                                                                                lui accordent volontiers ce qu'Il ne leur avait pas demandé.

                                                                                                                                                                                                                                                 Saint Jérôme.
                                                                                                                                                                                                                                               

Fille unique de saint Hilaire, sainte Abre, très-jeune encore, était née à peu près dix ans avant que ce grand homme fût appelé à l'épiscopat, c'est-à-dire vers l'an 343. Son éducation répondit aux sentiments d'une mère pieuse, que son époux avait peut-être ramenée avec lui-même des fausses croyances du paganisme aux lumières de la foi chrétienne. Nul doute aussi, d'après les preuves de tendre sollicitude qu'il donna au salut de cette fille chérie, que l'excellent père ne se soit occupé de cette éducation, si précieuse à des parents chrétiens.

Quand les factions un moment triomphantes eurent ouvert au grand adversaire de l'Arianisme les portes de son glorieux exil, la jeune fille demeura à Poitiers sous la protection de sa digne mère, qui continua de développer ses heureuses dispositions en la formant de plus en plus au service de Dieu.

Il y a dans les vues de la Providence sur certaines âmes, et parfois sur des familles entières, d'ineffables complaisances qui se révèlent par d'admirables prodiges. Saint Hilaire et les siens sont un exemple de ces adorables prédilections qui poussent les Saints hors des voies communes par lesquelles
il serait impossible d'expliquer leurs plus étonnantes actions. Le gouverneur de Poitiers avait un fils à qui la jeune personne avait plu, et dont le haut rang et les grandes richesses semblaient promettre de pouvoir lui plaire également. D'ailleurs, les avantages extérieurs de celle-ci, les grâces modestes de son âge, et tout ce que le jeune homme savait d'elle expliquaient assez cette préférence. Il s'en ouvrit à la mère qui, apparemment, ne regarda point un projet de ce genre comme pouvant se traiter encore, soit en considérant la grande jeunesse de sa fille, soit qu'elle comptât sur l'époque incertaine encore du retour de son époux. Quoi qu'il en soit, l'une et l'autre ayant pu écrire bientôt après à l'illustre exilé, ne lui parlèrent en rien de cette particularité; mais là commencèrent à se dévoiler les desseins de Dieu. Une révélation de ce bon Maître apprit à Hilaire de quoi il était question pour cette enfant dont le souvenir lui revenait dans toutes ses prières. Sa pensée, qui avait toujours été de donner sa fille au Seigneur par la consécration d'une sainte virginité, s'anima devant une éventualité si contraire à ses espérances, et il répondit à cette bienveillante communication de l'Esprit divin en se prosternant la face contre terre, en lui demandant avec larmes de prendre lui-même sa chère fille pour son Épouse, lui donnant la perle précieuse et la robe de pureté promises par le Sauveur aux vierges de l’Évangile : cette alliance était, aux yeux du grand Confesseur, la seule récompense terrestre qu'il sollicitât pour les peines et les travaux de son exil.

Bientôt, ayant trouvé une occasion de donner de ses nouvelles à Poitiers, il voulut, en répondant à Abre, seconder de tous ses moyens de persuasion l'action de la Providence qu'il avait invoquée, et il la porta, dans cette lettre que saint Fortunat avait lue et dont il loue les agréments et l'ingénieuse tournure, à ne choisir d'autre Époux que Jésus-Christ. C'est effectivement une charmante allégorie qu'un père comme saint Hilaire ne pouvait adresser à une fille aussi jeune sans être assuré qu'il serait compris, et qui par cela même fait apprécier l'intelligence précoce et la foi éclairée de la sainte enfant. Après lui avoir parlé de cette révélation où il avait demandé pour elle à un Époux tout-puissant la plus belle des perles et la robe nuptiale de l'innocence éternelle, il lui apprend que sa prière a été exaucée, et désormais en possession de ce double trésor qu'il peut lui offrir, il la conjure de ne pas le refuser, mais de l'accepter en appréciant sa juste valeur, et qu'une fois riche de ces beaux gages du seul amour qu'il veuille lui proposer, elle ne songe plus à porter aucune livrée des vanités mondaines.

« Au reste », continue-t-il, « j'atteste le Dieu du ciel et de la terre, que rien n'est plus précieux que ce beau vêtement et ce magnifique bijou : il dépend de toi, ma fille, qu'ils t'appartiennent. Si donc désormais on t'apporte une robe de soie, de pourpre ou d'or, réponds à celui qui te l'offre : J'en attends une autre pour laquelle mon père a été si loin, et que je ne pourrais avoir si j'acceptais la vôtre. Je me contente de la laine de ma petite brebis, d'une étoile sans luxe et de sa simple couleur ; enfin, la robe que je préfère, c'est celle dont on me dit qu'elle ne pourrait plus m'être ôtée, et que je ne verrai jamais ni se déchirer, ni s'user. Si quelque autre voulait te donner une perle pour en orner ton cou ou ta main, tu diras : Non, je ne veux point me charger de ces inutiles et grossières pierreries : j'en attends une autre, la plus précieuse, la plus belle et la plus utile de toutes. Je m'en rapporte à mon père qui s'en est rapporté aussi à Celui qui la lui a promise pour lui-même; je n'attends et ne désire que celle qui doit m'être le gage de mon salut et de mon éternité ».

Le grand génie qui se jouait ainsi avec son esprit dans une image aussi juste que poétique, voulait voir si sa chère enfant l'aurait bien comprise. Il l'exhortait à lui répondre, à lui dire si elle acceptait l’Époux proposé, et ses belles parures, et sa perle mystérieuse ; il promettait de lui révéler le nom de ce glorieux Prétendant, nom qu'il espérait aller lui dire en revenant vers elle ; et, par un dernier trait qui semble indiquer encore qu'il n'est pas le seul père qu'elle doive aimer, il lui adresse en finissant ce souhait plein d'une touchante tendresse « Que le Dieu qui t'a donné la vie te garde pour l'éternité, chère fille que je désire tant de revoir ».

A cette lettre, qu'il lui recommandait de se faire expliquer par sa mère si elle y trouvait quelque obscurité, Hilaire ajoutait deux hymnes, l'une pour le matin, l'autre pour le soir touchantes et belles prières qu'Abre devait dire chaque jour, « afin de se souvenir sans cesse de lui », et dont la première seule nous est restée l’Église de Poitiers la chante à Laudes le jour de la fête du saint Docteur.
(à suivre)

Répondre

Revenir à « Liens de parenté entre les saints »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités